11 avril 2015

C'est de famille...

Bon je suis pas un cas aussi désespéré que ma mère, je stresse mais je fais pas trois tonnes de bouffe que je vais devoir manger en reste pendant les six jours suivants parce qu'il y en aura beaucoup trop finalement.

Et avant que vous alliez chercher sur Google, "élleipsotrophophobie" est un néologisme de mon cru (à partir du grec "élleipsē", le manque, et "trophḗ", la nourriture) vu qu'il n'y a pas de terme correspondant existant.