21 février 2015

Dreamologie, séance 2

Bon alors procédons à l'analyse: 

Dans le rêve, Jane Eyre me fait réciter un truc en Anglais. Devant elle, je bafouille, je n'arrive pas à prononcer (très probable que j'ai marmonné dans mon sommeil et que je me sois entendue dans le rêve). Sévère, j'ai l'impression qu'elle ne comprend rien à ce que je raconte et je me sens très mal à l'aise.

Bon Jane Eyre, c'était ce qu'on avait étudié au Capes, par déformation au lieu d'être l'objet d'étude elle est devenue le professeur (ce qui est logique puisqu'elle est gouvernante et enseignante particulière dans le roman). L'oral d'Anglais, c'était ma bête noire, tout le monde me disait que j'allais me planter à cause de mon accent, d'où le bafouillement, la sensation d'échec. Sensation d'echec qui peut être aussi assimilée à mon expérience de professeur, qui a découlée du Capes, et dont j'avais reparlé récemment dans mon coup de gueule contre l'éducation nationale. Jane Eyre peut alors être assimilée à un membre du jury, puis par extension à une inspectrice, particulièrement une qui m'a saquée et dont le rapport à suffit à me poursuivre deux années de suite et à influencer sur la décision finale de ne pas me valider. De plus en ratant mon stage, j'ai vraiment raté mon Capes, car même en obtenant le concours, je n'ai pas eu le diplôme (qui s'obtient après réussite du stage).

Mon inconscient me ramène donc à quelque chose que je n'ai toujours pas réussi à digérer. Est-ce qu'il essaie de me montrer que tout c'était perdu d'avance et que j'aurais mieux fait de rater mon concours? Ou plutôt qu'il faut que j'accepte que j'ai une part de responsabilité dans mon échec, mon oral n'étant pas au point?

Auquel cas mon inconscient est un putain d'enfoiré qui aime mettre le doigt là où ça fait bien mal!

16 février 2015

Lundi - Le Jour du Fanart: Kurosagi, Livraison de cadavres

Une de mes séries seinen préférées, et malheureusement personne n'a encore eu la riche idée d'en faire un anime...

14 février 2015

Apologie de la merde

Oui je deviens peut-être un peu parano, mais j'en ai tellement marre d'en entendre parler sur les réseaux sociaux et à la télé que j'ai pas besoin que mon impirmante s'y mette aussi!

11 février 2015

Bon, ça, c'est dit...

Cecei explique le titre du strip précédent.

04 février 2015

Dans ces situations-là, tu ne peux pas faire la difficile!

Je ne ferai aucun commentaire sur le fait qu'on dessine des petites chattes sur les couches pour petites filles...

02 février 2015

Lundi - Le Jour du Fanart: Fred & George

Fred and George

Bon allez un dernier pour la route quand même, puisqu'on m'avait réclamé Chocola & Vanilla!

 

31 janvier 2015

Langue de Bois & Bisounours

Voilà, ça fait plusieurs semaines que cette pub me porte sur les nerfs et faut que ça sorte. Par volonté de ne pas participer à leur propagande mensongère, je ne posterai pas la vidéo, mais au cas où vous y aurez échappé à la télé, Google est votre ami.

Donc, vous êtes un jeune étudiant ou un chômeur détenteur d'une licence quelconque, et vous vous laisseriez bien séduire par ces enfants aux étoiles plein les yeux qui meuuuuuuuuuuurent d'envie que vous les aidiez à construire leur avenir?!

Permettez-moi de lancer un gros parpaing sur vos illusions (oh je ne vous blâme pas, moi aussi j'ai été naïve à une époque). 

Imaginons que vous êtes pris. Après avoir reçu votre emploi du temps et briévement rencontré le principal, vous serez donc propulsé le lendemain à 8h dans la salle de classe des 4èmes F . Loin d'être accueilli comme le messie, la majorité des élèves vous recevront au mieux avec indifférence, et vous foutront la paix s'ils peuvent causer téléréalité tranquille au fond de la classe. Certains feront la gueule parce qu'ils auraient préféré se lever une heure plus tard, mais bien sûr ya ce putain de remplaçant (vous!) qui s'est pointé (oui car si vous êtes recruté à cette période de l'année scolaire, c'est probablement pour remplacer le collègue parti en dépression).

Mais bon admettons que vous ayez décidé de vous concentrer sur les cinq-six élèves de la classe (je suis généreuse, mais c'est parce que je n'ai jamais travaillé en ZEP) qui ont soif d'apprendre. Qui va vous apprendre à leur apprendre?  Pas grand monde hélas! Vous auriez été professeur certifié, vous auriez eu droit à une formation théorique à l'IUFM qui se résume globalement par "de toute façon rien ne vaut la pratique, c'est en forgeant qu'on devient forgeron, donc démerdez-vous un peu et prenez-vous en plein la gueule jusqu'à ce que le métier rentre". En tant que contractuel vous avez au moins échappé à ce chapelet d'hypocrisie, mais vous ne serez pas plus avancé. Vous essaierez un peu, puis si vous n'êtes pas Onizuka-Super-Nanny-et-Bernard-Pivot-réunis, vous laisserez tomber et abandonnerez votre classe au remplaçant suivant.

Et c'est comme ça que l'Education Nationale met les élèves ET les profs en difficulté, créant un cercle vicieux sans fin ou seuls les warriors de l'enseignement (oui ils existent) luttent encore pour que l'école survive, pour leurs élèves Bisounours et leurs autres élèves qui ont besoin de cette culture qu'on leur apporte même s'ils ont du mal à s'en rendre compte... jusqu'au jour où tous ces profs seront partis à la retraite et que malgré des campagnes publicitaires qui ont tout pompé sur celles de Kinder, on n'arrivera plus à leur trouver des remplaçants à la hauteur.

Aujourd'hui je me félicite de ne plus avgoir aucun rapport avec cette institution, tout en plaignant tous ceux qui ont des enfants scolarisés ou qui veulent faire ce métier, car on va droit dans le mur.

Oui c'est très long, mais j'avais beaucoup de venin à cracher depuis très longtemps sur l'Education Nationale. Si en revanche vous avez aimé cette longue diatribe (oui le dictionnaire est juste derrière vous sur l'étagère), je ne saurais que trop vous conseiller de lire le blog de Princess Sosso, la prof qui en saigne.