14 mars 2018

Comment j'ai l'impression d'être vue par certains organisateurs de festivals...

Coup de gueule que je gardais depuis un certain temps pour moi en me disant que la situation allait sûrement évoluer, mais là il faut que ça sorte. 

Petit récapitulatif des galères pour une auteure bd pas connue pour aller régulièrement en festival (étant donné que les ventes sur les festivals constituent les 90% de ses revenus en tant qu'auteure):

Déjà cette année 2018 s'annonçait mal, certains festivals bd ne se renouvelant pas faute de subventions (merci Macron! Et RIP le salon du livre de Bagonls-sur-Cèze) et vu les ronds de jambe que certains organisateurs sont obligés de faire à leurs élus pour maintenir leur festival en vie (quand bien même il perdure depuis 10 ans), la situation risque de ne pas s'améliorer sur ce point.

Qui dit baisse ou arrêt des subventions dit aussi restriction sur le budget et donc sur le défraiement des auteurs. Si j'ai quand même la chance d'être prise sur certains festivals à l'autre bout de la France comme Semur-en-Auxois, ça va devenir encore plus l'exception que la règle. Donc je dois restreindre mon champ de recherche aux départements de ma région (encore que maintenant qu'on est regroupé avec Midi-Pyrénées ça fait quand même une trotte pour certains) et à ceux limitrophes du Gard et de la Lozère, comme le Vaucluse ou l'Allier. Vous me direz, c'est déjà pas mal! 

Eh bien oui c'est vrai, il y a un beau petit vivier de festivals sympas, bien installés ou tout neufs, dans ma zone (et en dehors pour certains) et qui constituent l'essentiel de mon calendrier de dédicaces et je leur dis merci, parce qu'ils méritent d'être cités, les Journées bd de Saint Saturnin-les-Avignon et de Mérindol, les festivals Bd aux portes des Cévennes, Des Bulles dans la cartagène, Enimie BD, Luzen'bulles, Bd à Semur, Pluie de Bulles à Rodez, Imaginarium, les salon bd de Verneuil sur Seine, de Langeac, de la Fouillade, de Martel et de Sainte Radegonde. Mais certains ne peuvent pas accueillir les mêmes auteurs tous les ans, et même pour ceux dont c'est le cas, on se rend vite compte à partir de la deuxième année consécutive que ça va être contre-productif de rencontrer toujours le même public. Donc d'année en année, ça restreint les possibilités. Mais ce n'est pas vraiment ça le problème, c'est juste ce cumul de difficultés qui m'a poussée à me rappeler le vrai problème:

SUR MON DEPARTEMENT, L'HERAULT,  IL EST QUASI IMPOSSIBLE POUR UN PETIT AUTEUR D'AVOIR SES ENTREES EN FESTIVAL BD.

Il n'y a qu'un seul festival bd que j'ai fait une fois sur mon département, à Hérépian. Sinon tous les autres me sont inaccessibles, que ce soit parce qu'ils ne répondent jamais à mes demandes (et que chaque fois que je tente le coup, j'ai l'impression de plus en plus de m'humilier, parce que ça me donne l'impression de les supplier), ou pire qu'ils me prennent de haut au téléphone parce que ce n'est pas l'éditeur qui les démarche, et je ne suis pas la seule à être dans ce cas. 

DES FESTIVALS DONC, QUI NE DONNENT PAS DE CHANCES A LEURS AUTEURS LOCAUX, A MOINS QU'ILS SOIENT PUBLIES DANS DES GROSSES MAISONS D'EDITION.

Alors, ne nous voilons pas la face, des festivals comme ça, il y en a partout en France, c'est le genre de festivals qu'on met dans la case "Pas la peine d'essayer". Sauf qu'en Hérault il n'y a que ça à une exception près. Que des festivals qui s'imaginent trop biens pour des auteurs qu'on connaît pas et qui ne leur feront pas une petite place, quand bien même ça ne grignoterait pas grand chose de leur budget, voire même rien. Et là j'accuse directement Jetez l'encre à Fabrègues. J'habite à dix minutes, je leur coûte que dalle en défraiement et en hébergement, ni même en bouffe parce que je peux rentrer chez moi. Mais cet argument ne vaut rien à leurs yeux, et d'ailleurs ils font le même coup à une autre auteure qui habite également une commune à 1km du festival. Mais même le festival bd de Sérignan, ou La Maman des Poissons à Pézénas et Bd à la plage de Sète n'ont guère d'excuses. Défrayer un petit auteur pour une heure de route ce n'est pas la lune non plus. Je leur demande pas de m'inviter tous les ans, je leur demande déjà juste de me répondre, je ne vaux même pas assez pour avoir un "Non", juste du silence et du mépris (même si eux se cacheront derrière l'excuse de "On est trop sollicités". La vérité est qu'ils ne regardent pas ces demandes et que leur liste d'auteurs se doit de rester un minimum prestigieuse).

Donc oui j'en ai ras-le-bol et ce message finira sûrement de me griller définitivement auprès de ces festivals, mais je n'attends plus rien d'eux, et cela depuis longtemps en fait, mais la galère de trouver des festivals m'a poussé vers ce retranchement, à réessayer de les contacter pour plaider ma cause,et à me reprendre dans la gueule tout ce mépris qui ne dit pas son nom.

 

Voilà, désolée pour le pavé, vous savez qu'avec moi, quand il faut que ça sorte, ça sort, une vraie logorhée. 

Sinon rien à voir, mais avis aux Bordelais, ce dimanche on joue deux matches de ligue pour la Coupe de France avec mon équipe de Quidditch dans votre ville, donc passez nous voir si ça vous dit.

    Je trouve ça vraiment dommage.. Toutes ces personnes qui ne veulent pas laisser la chance aux petits auteurs :/
    Ça me fait penser à l'éditeur qui avait refusé le premier manuscrit de J.K Rowling ^^'

    Posté par Fanny, 14 mars 2018 à 10:41 | | Répondre
  • Un coup de gueule plus que compréhensible... et qui fait mal pour toi. Tu t'arraches comme une pro à longueur de temps, et un minimum d'égard respectueux pour ton travail et ta détermination ne leur écorcherait pas la bouche... Tu as raison de laisser sortir ton ras le bol !

    Si les festivals ne donnent pas leur chance au moins 1 fois à leur artistes locaux, c'est quand même nul ! La plupart des auteurs BD que je suis sont soit issus de la blogosphère, soit je les ai croisé par pur hasard en festival ! C'est aussi ça le but d'un festival : mettre les gens en contact et les faire connaître... Du moins c'était l'esprit d'origine qui m'avait plu, et qui tend hélas à s'évaporer dans la nature...
    Courage Mariko ! Je pense que toute ta communauté est de tout coeur avec toi. En tout cas perso je le suis.

    Posté par Rynn, 14 mars 2018 à 12:33 | | Répondre
    • Merci! Tu verras bientôt toi aussi tu vas découvrir les joies des festivals qui te jettent (non je rigole, je te ferais venir sur ceux qui sont sympas et qui me prennent!)

      Posté par Mariko Shinobu, 14 mars 2018 à 13:38 | | Répondre
      • lol, c'est gentil. Faudra que je vois une fois dans mon nouveau chez moi cet été si y'a des possibilités locales ... et si tel est le cas, autant on te logera ça te fera un soucis de moins (prie pour que je trouve un logement pas trop minable xD)

        Posté par Rynn, 20 mars 2018 à 17:20 | | Répondre
        • En région parisienne c'est ca? Faudra que tu fasses Verneuil en 2019 alors! Sinon si le bouquin sort avant la fin de l'année on pourrait faire Merindol ensemble!

          Posté par Mariko Shinobu, 22 mars 2018 à 20:11 | | Répondre
  • Je compatis.. C'est vrai que c'est franchement horrible pour les auteurs qui n'ont pas la chance d'être connus de se voir privé le droit de faire des festivals...
    Surtout que l'on habite dans le même département, j'aimerais bien bien avoir l'occasion de voir la personne derrière l'écran...
    Enfin, bonne chance et espérant que cela s'arrange ^^

    Posté par Lisky, 18 mars 2018 à 21:23 | | Répondre
Nouveau commentaire

Pub